Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 13:44

10 ans après l’indépendance d’une planète jadis sous la dépendance de l’humanité  , son ancien administrateur colonial revient en visite privée de découverte et de redécouverte .

 

Il est à la recherche de souvenirs , et il veut aussi découvrir du neuf , en essayant de porter un autre regard sur ce monde et ses habitants tellement singuliers , qu’il croyait pourtant bien connaître .

 

Ce roman plonge le lecteur dans une ambiance postcoloniale très caractéristique de ce genre de textes .

 

En effet ,  le lecteur découvre d’anciens colons qui sont restés et en même temps , il découvre aussi leurs motivations à rester sur ce monde évacué par le plus gros de l’espèce humaine  .

L’auteur tente  de découvrir  leurs passés , leurs souvenirs , leurs présents , le murmure des médisances passées et ce que semblent être devenus leurs idéaux ou plus simplement leurs péchés mignons    ....

 

Le voyageur fait aussi la découverte d’une planète très étrangère ( de nouvelles régions qu’il ne connaissait pas  ) , une faune et une flore tout à fait curieuse , le plus souvent déroutante et définitivement variées et autre  .

Il semble y avoir deux espèces intelligentes sur ce monde , deux espèces diamétralement différentes , aux liens culturels serrés ,  plus que génétiques  .

 

Les Sulidorors sont bipèdes et ils ont des mains , alors qu’ils semblent pourtant  moins intelligents que les Nilidorors  , quadrupèdes sans mains , mais qui possède pour leur part , une culture et un langage infiniment plus riches que leur voisins de palier qui néanmoins coopèrent volontiers avec eux  .

 

Le visiteur  curieux et nostalgique qui nous guide ,  souhaite également découvrir une cérémonie religieuse des Nilidorors  , La Renaissance  .

C’est la cérémonie centrale d’un véritable  culte à mystère .

Notre voyageur voyage donc  tous le longs de ce roman pour découvrir cette cérémonie  et plus généralement , pour approfondir cette culture ,  qu’il culpabilise de ne pas avoir estimé à sa juste valeur , en son temps .

Il souhaite ressentir beaucoup de ce qui lui a échappé naguère du fait de ses anciens préjugés ou de ses  erreurs de jugement d’alors  .

 

C’est  incontestablement le thème de la route versus contexte post colonial . Une époque  où  toutes les parties présentes  sont transformées par le passé  , par le présent et par les séquelles du passés ainsi que par le temps qui continue d’avancer,  alors que l’histoire continue naturellement d’être en marche ..

 

Les  personnages se croisent , plus ou moins , les uns façonnant les autres , au grès de leurs perceptions qui  occasionnellement s’entremêlent , s’ajustent , qui se pondèrent ,  qui éventuellement se confrontent et s’opposent  avec une certaines acrimonie,  assez modérée généralement  dans ce texte agréable et modéré  .

Ce que l’on perçoit  généralement du réel  n’est souvent que le fruit de ce qui est déjà  en nous-même et nous croyons ainsi  fréquemment voir des choses qui sont souvent , en fait , autres que telles que nous les voyons  .

 

Certains personnages sont empêtrés dans ce qu‘ils croient ,  savoir , aimer  ou voir , au point qu’ils se perdent quelquefois , à des degrés divers dans une réalité qui devient relative car elle flotte au grès des regards et des observateurs  , comme au grès  des souvenirs avérés , tangibles , étayés ou bien simplement  construits selon des filtres savamment opaques et  souvent réducteurs .

Cela peut  perdre ces personnages et même quelquefois leur couter la vie  .

 

Ce texte n’a par ailleurs rien d’onirique et d’évaporé , au contraire , il est bien «  terrien «  car très concret et très pragmatique .

Les personnages sont solides , ce monde aussi est solide et il est aussi véritablement dépaysant et étranger ..

 

 

Donc voici , un vrai planète opéra assez riche , mais relativement  contemplatif , on est loin du thriller effréné .

Cependant il  y a quantité de choses à découvrir et à connaitre dans cet longue route ( assez brève finalement si on raisonne  en nombre de page ) .

 

C’est enfin et pour finir  , un texte modérément optimiste et assez édifiant .

Partager cet article

Repost 0
Published by Finity's end hellburner science-fiction
commenter cet article

commentaires