Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 13:29

Comme un poisson dans l’eau , je suis , :  Voici un roman sur le contact et un bon svp !

Je prends mon pied et je ne le lâche que pour rédiger ce commentaire , car j’ai embrayé sur : IF 837 immédiatement  , l’épisode précédent qui est diffèrent , car il traite d’une planète jungle et d’une espèce andromorphe .

 

Cet  ouvrage  qui précède , nous fait rester dans le cadre d’un vivant  structuré autour d’une chimie du carbone  , ce n’est pas le cas de ZC 789 , le monde de ce roman ,  qui est autre ...

C’est un monde étrange et totalement aride , un de ceux qui font , qu’on se demande pourquoi on est pas resté au chaud sur terre à observer les fourmis sous la pluie ou bien les poulpes   .

 

C’est un bon roman qui exploite la biologie et l’éthologie principalement et qui va assez loin dans la mobilisation des conclusions qui portent sur les potentialités d’une vie reposant sur le Silicium .

Une vie minérale ou bien quasi telle  , en fait . D’où la référence à  T. Sturgeon . Non ne riez pas ce n’est pas idiot du tout ...

 

Je voudrais dire que c’est un véritable roman d’exobiologie .  Ce n’est pas si courant je pense !?

Il faut donc le signaler à son potentiel lecteur .

 

L’exobiologie en est  évidement  à ses balbutiements ( bio-astronomie et analyses rares in situ des prémices d’une chimie pré-biotique ou pas tout à fait ... ) .

Voilà en gros tout ce que l’on semble savoir actuellement , mais cette jeune science a déjà une riche littérature , sur les briques du vivant et les chimies pré biotiques , terrestres ou bien potentiellement plus exotiques .

 

Par ailleurs , de nombreuses réflexions théoriques qui vont loin réfléchissent et cadrent une réflexion prospective sur les aspects variés que pourraient avoir la vie sur d’autres mondes .

Que cette vie soit à base de Carbonne , de silicium ou autres ,  et associée à des échanges gazeux qui reposeraient sur l’oxygène , le méthane , l’ammoniac , l’azote en passant par  le Calva et la Poire William , comme éléments potentiellement constitutifs et de bases  ....

 

Ce roman force son lecteur à se demander ce que signifie être vivant , il réclame pour être compris ce qu’est  potentiellement une vie en rapport poussé avec le silicium d’un point de vue théorique ( très basique ) .

 

Ce n’est pas un roman facile parce que les personnages existent principalement de par leurs fonctions et de par leurs compétences , et ce n’est pas étonnant si on pense que le roman est le récit d’une mission spatiale exigeante , complexe et risquée  , sur un monde absolument étranger ....

 

Le suspens , la recherche appliquée, les accidents , les périls , des personnages touchants mais curieusement , assez  elliptiques tout en ayant une présence suffisante , font le succès de ce roman très solide comme roman sur l’exploration spatiale et l’exobiologie .

 

Le texte traite fondamentalement de manières très avenantes , de la démarche scientifique et du doute structurel et nécessaire de nature méthodologique qui est le seul moyen de se prémunir des jugements de valeurs et des aprioris , plus ou moins conscients , qui biaisent potentiellement l’observation , l’élaboration du cadre expérimental et la réflexion autour d’hypothèses scientifiques  ..

 

Des aléas risqués  , qui peuvent détruire toute compréhension et  même s’avérer très dangereux ,  comme ce sera le cas dans ce roman qui est : sympathique , solide ,  dramatique , tragique aussi , et très exigent .

 

Une conclusion personnelle pour mesurer tout cela  :

 

j’ai déjà fait une rencontre du troisième type , oui oui , ...

Cet alien véritable se cache au fond de l’océan  et il s’agit du poulpe , de la pieuvre , du calamar  ,  qui me trouble intimement  . Je vous déconseille de manger du poulpe , du calamar et autre pieuvre ,  car je suis intiment convaincu que ce petit pépère ( assez gros très souvent ) est assez  finaud pour avoir les boules à l’idée de finir dans un bain de sauce tomate  ...

 

Essayer de comprendre pourquoi son mode de reproduction et la longévité des femelles , l’empêche de construire une société malgré des comportements intelligents indéniables   . En plus c’est une brute épaisse et solitaire , mais il possède plusieurs cerveaux et ses sens perçoivent la réalité de manière conceptuellement  tellement différente de nous  ,  qu’elle en est presque inconcevable pour nous  les primates bipèdes  .

Un poulpe peut vous reconnaître , il peut vous aimer , ne pas vous aimer , jouer avec vous avec des jeux impliquant une synchronisation alternée des mouvements  , se reconnaitre dans un miroir . Il peut ramper hors de l’eau car il est curieux . Il peut ouvrir un bocal  fermé . Il  a systématiquement conscience de ses proportions corporelles et il sait  évaluer s’il passe entièrement ou pas ,  par un trou  donné  .

Il peut utiliser ponctuellement  et utilement des objets , se planquer dans une noix de coco coupée en deux  par exemple et se cacher dedans si vous essayez de le regarder dans le blanc des yeux et il peut aussi détaler avec ni vu ni connu pour se lover dedans en d’autres  eaux ....

 

Le poulpe est un véritable alien , contact ! ...

Il n’est pas beau , mais il peut faire beaucoup de choses avec ses tentacules , au contraire du dauphin par exemple .

Jouer avec un poulpe est une des rares expérience de SF , à la portée de toute personne motivée .

 

Les personnages de ce roman jouent avec de plus grosses pointures , pour notre plus grand plaisir .

Partager cet article

Repost 0
Published by Finity's end hellburner science-fiction
commenter cet article

commentaires